René

René mon frère
la mort a ton visage
La mort a ta blessure
ton front ouvert
et ton sang sur la neige.

Le matin se levait sur Novembre
le matin se levait sur l’hiver
les oiseaux s’étaient envolés
et je ne savais pas ce que c’était la mort.

Tu dors René Tout est fini mon frère
tout est fini je pleure
et plus rien aujourd’hui ne ressemble à l’enfance
Le ciel a ce matin une étrange lueur.