Le printemps ouvrier

à Michel Manoll

Il fabrique les feuilles
Silencieusement
Il fabrique du bleu
Pour le cœur des pervenches
Malgré les durs cailloux
Les racines les ronces
Il fabrique les fruits
Plus savoureusement

Quand tout semble fragile
Quand tout est menacé
Il prépare l’amour
Dans la nuit des fougères
Dans l’ombre basse grise errante
Les choses simples et tremblantes