L’absente

L’hiver vient
Les mains des vieux pommiers se rident
Le soleil est couché tout au fond du jardin
Sur ma table plus rien
Ta place est restée vide
Ta voix ne répond plus
Ton visage est absent
Dans quel cœur désormais vais-je égrener mon sang ?