Ignorant tout

Ignorant tout de mon destin final
Comme le grain de pollen suspendu
Dans l’air ou dans le vent qui passe

Avec l’ivresse des premières feuilles
De l’herbe attendrie de rosée
Des oiseaux revenus et qui s’éveillent

Quand sonne l’angoisse des forêts
Sous le frais murmure de la pluie
Parmi la lutte muette des branches

A travers les combats de fourmis
Qui trébuchent saignent s’efforcent
Malgré les blessures de la vie

Explorant le jour la nuit
Comme l’arbre habité de sève
Et qui se hisse

Je vais et je ne sais pas où je vais